Comment défiscaliser en 2019-2020 ?

En plus d’accroître son patrimoine et de préparer au mieux sa retraite, l’investissement immobilier permet de défiscaliser une partie de ses impôts. Plusieurs dispositifs ont été imaginés par le législateur. 

Des lois Pinel au nouveau dispositif Denormandie, voici un tour d’horizon des différentes options de défiscalisation. 

Pour investir dans l’ancien : la loi Denormandie

Adoptée en fin 2018, la loi Denormandie permet bénéficier de réductions d’impôts pour un achat dans l’ancien avec obligation de travaux entre le 01 01 2019 et le 31 12 2021 . Le bien doit être remis en état, loué et se situer dans l’un des 244 « cœurs de ville » dégradés. Les travaux de rénovation doivent notamment représenter 25 % minimum du coût total de l’opération.

Les réductions d’impôts générées vont de 12 % à 21 % de l’investissement total plafonné à 300 000 euros.

Ce dispositif s’adresse aux particuliers qui souhaitent mener seuls leur rénovation et aux promoteurs.

Pour investir dans la location meublée : la loi Censi-Bouvard

Le dispositif Censi-Bouvard est réservé aux contribuables français qui réalisent un investissement meublé elle est de 11% du prix HT plafonné à 300 000 euros. La réduction d’impôts s’étale sur 9 ans.

Si le montant de la réduction d’impôt dépasse le montant d’impôts à payer, la différence est reportable 6 années.

Tous les revenus issus de la location meublée relèvent du régime des BIC (bénéfices industriels et commerciaux). 

Pour acheter dans le neuf : les lois Pinel et Pinel Outre-mer

Vous pouvez réduire vos impôts jusqu’à 21 % (et 63.000 euros) du montant de l’investissement locatif, à condition d’investir dans un logement situé en métropole, en zone éligible. Les conditions du dispositif Pinel ? L’achat d’un logement neuf, suivi de sa location sur une période déterminée de 6, 9 ou 12 ans.

Dispositif Pinel : cliquer ici pour savoir plus 

La loi Pinel Outre-mer, qui s’applique logiquement dans les DROM-COM, suit le même principe, mais l’avantage fiscal est ici porté à 23 %, 29 % ou 32 % du prix de revient selon la durée de mise en location (de 6, 9 ou 12 ans). Ces investissements sont soumis à un plafonnement de réduction d’impôts, de 10 000 euros en métropole et de 18 000 euros en Outre- Mer.

Loi Pinel Outre-mer : cliquer ici pour savoir plus 

BESOIN D'UN GUIDE ?

Nous répondons à toutes vos questions selon votre situation personnelle et négocions pour vous les meilleurs avantages selon votre dossier.

Contacter un de nos courtiers

Pour amortir ses travaux de rénovation : le Déficit foncier

Le propriétaire d’un bien immobilier locatif a la possibilité de faire baisser le montant imposable grâce au déficit foncier. La part du déficit foncier pouvant être appliquée sur les dépenses déductibles, hors intérêts d’emprunt est imputable à hauteur de 10700 euros sur le revenu global. Au-delà de ce plafond, l’excédent sera reporté sur l’année suivante. La déduction des intérêts liés à l’emprunt ne peut s’appliquer que sur le revenu foncier.

Le déficit foncier n’est pas soumis au plafonnement global des niches fiscales de 10 000 euros mais à 10 700 euros  (hors intérêts d’emprunt) à condition que le bien mis en location le soit jusqu’à la fin de la 3ème année suivant l’imputation de ce déficit.

Pour faire des travaux en zone protégée : la loi Monuments Historiques et la loi Malraux

La loi Monuments Historiques : elle s’adresse aux investisseurs situés dans les tranches d’imposition supérieures, investissant dans un immeuble classé ou inscrit au titre des monuments historiques. Les travaux de restauration et intérêts d’emprunt sont déductibles du revenu foncier. Le déficit ainsi créé est déductible du revenu imposable sans limitation.

La loi Malraux : destinée elle aussi aux contribuables fortement imposés, elle permet une réduction d’impôts de 22 à 30 % des travaux de restauration portant sur l’investissement. Le montant des travaux éligibles à la restauration est plafonné à 400 000 euros. Il est pluriannuel sur une période de 4 ans à compter de la délivrance de l’autorisation de travaux.

La réduction d’impôt peut donc atteindre au plus 88 000 ou 120 000 euros sur 4 ans selon le secteur.

Pour améliorer les performances énergétiques de son logement : le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Si vous faîtes des travaux d’isolation  de votre résidence principale, ou si vous engagez des dépenses pour la rendre moins énergivore, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôts pour la transition écologique (CITE)

Le crédit d’impôts  représente 30% des dépenses qui sont plafonnées à :

  • 8000 euros pour une personne seule
  • 16000 euros pour un couple soumis à imposition commune

Le plafond est majoré de 400 euros par personne à charge

Fermer le menu

Dernière opportunité
pour les investissements
locatifs

Je découvre le dispositif