Vous voulez devenir propriétaire et vous envisagez de faire appel à un courtier en crédit immobilier. Objectif : obtenir la meilleure offre de prêt au meilleur taux. La question de la rémunération du courtier se pose. Décryptage.

Qu’est-ce qu’un courtier en prêt immobilier ?

Il fait le lien entre l’emprunteur et l’organisme bancaire dans le cadre d’un prêt visant :

  • un projet immobilier (achat dans l’ancien, construction, investissement locatif, travaux…),
  • un rachat de crédit,
  • la recherche d’une assurance emprunteur,
  • la renégociation d’une assurance de prêt. 

La mission principale de cet intermédiaire qualifié ?

Trouver les meilleures conditions financières et les meilleures offres pour ses clients.

Pour ce faire, il entretient des liens constants et privilégiés avec un réseau de banques qui lui est propre. Le courtier en prêt immobilier maîtrise sur le bout des doigts le niveau de souplesse des taux d’emprunt de chaque établissement de crédit, sa capacité à négocier, ses offres. Cette expertise lui permet de calibrer une proposition précisément adaptée au profil (âge, montant, situation personnelle et professionnelle, patrimoine, état de santé…) des futurs emprunteurs candidats à la propriété.

Qui paye les honoraires de courtage pour un prêt immobilier ?

La rémunération du courtier en crédit immobilier comporte deux volets :

  • Le mandat : il est constitué d’une somme fixe ou d’un pourcentage du montant du prêt. Le courtier, considéré par la banque comme un apporteur d’affaire, reçoit la somme due lors du déblocage des fonds. C’est la banque qui lui reverse une partie de la commission (réduite depuis la transformation du monde bancaire).
  • Les frais de courtage : fixes ou déterminés par un pourcentage calculé à partir du montrant du prêt, ces frais sont dus par l’emprunteur au courtier. Ils correspondent à la prestation de conseil et d’accompagnement (frais de dossier). Ces frais optionnels s’ajoutent, quand ils sont appliqués par le courtier, à sa rémunération principale qu’est le mandat de recherche de capitaux.

Dans les deux cas de figure, le courtier ne peut être payé que si l’emprunteur signe l’offre de prêt. Le règlement intervient après le déblocage des fonds.

Précision :

le cabinet Avantage Courtage se rémunère via le traditionnel mandat de recherche de capitaux. Cette commission est versée par l’établissement auprès duquel son client souscrit l’emprunt. Aucun frais supplémentaire n’est appliqué dans le cadre de services de courtage traditionnel

Pourquoi faire appel à un courtier en prêt immobilier ?

Côté client, le fait d’avoir un interlocuteur unique capable de questionner un éventail de plusieurs banques rime avec gain de temps. En outre, les offres de prêt, construites sur mesure (assurance de prêt comprise) collent parfaitement aux contraintes de l’emprunteur. Autre point et non des moindres, le courtier en crédit immobilier, grâce à son savoir-faire en matière de constitution de dossier, connaît toutes les subtilités pour favoriser l’acceptation d’une demande de prêt auprès d’un organisme prêteur.

Bon à savoir : le courtier est un intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP). Ce statut exige une formation particulière dans le secteur financier ainsi qu’un enregistrement à l’ORIAS en tant que courtier ou mandataire d’une société de courtage en crédit. Chaque année, les mandataires doivent suivre une formation certifiante pour conserver leur capacité professionnelle.

_                                                   

_

Je m'inscris